Menu

Les 10 bons réflexes à adopter pour glisser en toute sécurité

Les sensations de la glisse au ski sont un véritable bonheur… mais attention à rester prudents et à se préparer avant de partir pour réduire le risque d’accidents sur les pistes. Voici les 10 réflexes à avoir !

 

#1. Avoir du matériel en bon état

 

Vérifiez votre matériel ! Il doit être bien entretenu (affûter les carres, farter la semelle de vos skis, régler les fixations selon son niveau et son poids). Vous pouvez le faire vérifier par des professionnels dès votre arrivée dans la station

Les professionnels louent aussi des casques adaptés à votre pratique sportive pour vous protéger et prévenir les chocs à la tête.

 

 

#2. Vérifier les conditions météorologiques

 

Pensez à vérifier les prévisions météo avant de partir skier : c’est la meilleure façon pour s’habiller avec des vêtements adaptés pour n’avoir ni trop chaud ni trop froid. Pensez aux vêtements respirants qui ne retiennent pas l’humidité.

Avoir un œil sur la météo et connaître le risque d’avalanche (sur une échelle de 1- faible à 5-élevé ) permet aussi d’adapter son parcours sur les pistes.

 

 

#3. Se protéger

Info : Lorsque le corps a froid, le risque de blessure est plus fort (les muscles ne se contractent pas comme l’ordonne le cerveau).

  • Protégez votre peau avec une protection solaire suffisante. N’oubliez pas de renouveler l’application de la crème toutes les 2 heures environ. Un baume à lèvres peut également être utile pour lutter contre la sécheresse,
  • Rappel : En montagne la quantité d’UV augmente de 4 % tous les 300 mètres d’altitude. Protégez vos yeux avec des lunettes de soleil ou un masque adapté à la météo.

Rappel : La neige réfléchit 85 % des UV (c’est 20 % pour le sable)

 

#4. S’échauffer avant de skier et s’étirer après avoir skié

Toute activité sportive commence par un bon échauffement des articulations (chevilles, genoux, bassin, dos, poignets et cou).

Après l’activité, pensez aux étirements musculaires des jambes, du dos ainsi que des épaules et des bras. Ils pourront vous éviter des courbatures et des raideurs le lendemain. On n’oublie pas non plus de s’hydrater après l’activité, pour mettre aux muscles de bien récupérer.

Et le mieux ? Terminer par un bon chocolat chaud !

 

 

#5. Respecter les consignes de sécurité sur les pistes

  • C’est le skieur ou snowboarder en aval qui a la priorité. Les personnes en amont de la piste doivent « descendre à vue » et adapter leur comportement pour la sécurité des personnes en aval de la piste,
  • Ne pas couper les trajectoires des autres utilisateurs de la piste,
  • Restez maître de votre vitesse et de votre trajectoire en tout temps,
  • Respectez la signalisation : les piquets délimitant les pistes, les panneaux verts, bleus, rouges et noirs, indiquant le niveau de difficulté d’une piste (du plus facile au plus difficile) ou encore les filets ou piquets croisés marquant l’interdiction d’accès.

Rappel : Souvenez-vous que les niveaux de pratiques sont différents (surtout sur les pistes bleues et vertes) et qu’il y a des enfants !

Snowboardeur ? Gardez toujours votre planche attachée à une chaussure afin d’éviter que votre planche n’aille percuter un skieur en cas de chute.

 

Bon à savoir !

Quel est, à titre indicatif, le temps de réaction d’un skieur en descente face à un obstacle ?

 

à 80 km/h -> ±20 mètres
à 60 km/h -> ±15 mètres
à 40 km/h -> ±10 mètres
à 20 km/h -> ±5 mètres

 

Beaucoup de skieurs expérimentés font en moyenne du 40 à 60 km/h et doivent donc prévoir une distance de sécurité de minimum 10 à 15 mètres !

#6. Respecter les consignes de sécurité sur les remontées

Bien baisser la barrière de sécurité

La maintenir fermée jusqu’au moment où les panneaux vous autorisent à la relever.

Protéger vos bâtons afin de ne pas les lâcher sur un skieur

Ne pas s’agiter

 

 

#7. Skier sur les pistes adaptées à son niveau

Ne pas tenter une piste que vous ne seriez pas capable de descendre (comme une rouge ou noire si votre niveau ne le permet pas).

Ne pas faire de hors-piste : personne ne saurait où vous êtes pour vous secourir et des obstacles ensevelis pourraient bien vous surprendre.

Rappel : Sachez que les assurances sports d’hiver ne couvrent pas les accidents de hors-piste !

 

 

#8. Prendre un petit encas

Pensez à emporter un petit encas et à vous hydrater régulièrement où dès qu’une fatigue se fait ressentir.

 

 

#9. Savoir faire des pauses

Prendre des pauses régulièrement. Garder à l’esprit que la plupart des blessures se produisent juste avant le déjeuner ou après le déjeuner lorsque la faim ou la fatigue affecte votre forme et votre prise de décision. Et ce sont aussi les moments de fortes affluences sur les pistes !

Si vous devez vous arrêter sur une piste de ski, faites-le au bord de la piste, et surtout de manière à être visible par les autres utilisateurs.

 

 

#10. Garder les numéros des secours

En cas d’accident, assistez et portez secours immédiatement.

Pensez à prendre le numéro de téléphone de l’assistance ou des secours sur pistes avec vous (en les notant par exemple sur votre forfait de ski ou dans votre téléphone).

Grâce à l’appli Groupama, plus besoin de les noter ou les retenir, 1 seul clic suffit !

Que faire en cas d’accident de ski ?

Repérer où vous êtes : identifier une balise de localisation ou le nom ou le numéro de la piste avant d’appeler les secours.

Contacter le service des pistes de la station (numéro inscrit sur son forfait de ski), ou appeler le 112, ou appeler son assistance

Souvenez-vous que d’autres skieurs peuvent aider pour appeler les secours pendant que vous, vous portez les premiers secours ou restez auprès du ou des blessés.

 

Et en attendant les secours ?

Prévenir les skieurs en sécurisant la zone avec des bâtons plantés en croix par exemple. Cela permet de protéger le ou les skieurs éventuellement blessés.

Protéger le ou les blessés : lui parler, la rassurer, la protéger des autres skieurs et l’isoler du froid avec des vêtements (entre lui et le sol ou pour la recouvrir). Suivez les conseils que les secours auront pu vous donner lors du signalement de l’accident.

Ne pas donner à manger ou à boire aux blessés.

Partages
Partagez-le